RDC- L'échec de la marche contre le Projet RAM




RDC- L'échec de la marche contre le Projet RAM







La semaine passée, des mouvements citoyens et quelques individus opposés au développement du pays ont annoncé avec pompe l'organisation d'une marche ce lundi 3 mai 2021, pour protester contre la mise en place par le gouvernement congolais et l'Autorité de Régulation de la Poste et des Télécommunications (l’ARPTC) du Registre des Appareils mobiles (RAM), sous prétexte que cette réforme serait illégale et ne répondrait pas aux attentes de la population.

Rendez-vous raté

Mais à la grande surprise, cette marche pourtant annoncée avec pompe, n'a pas rencontré le succès escompté. Sur le lieu prévu pour le rassemblement, on pouvait constater à peine une vingtaine ou une trentaine des jeunes qui se seraient même livrés aux insultes envers les forces de l'ordre, une situation qui a dégénéré et poussés les éléments de la PNC à disperser ce petit groupe d'individus et procéder à l'arrestation administrative et temporaire de récalcitrants. Quelques journalistes interpellés ont été tout de suite relâchés.

La raison de ce fiasco réside dans l’adhésion du peuple congolais au Registre des Appareils mobiles (RAM) : bon nombre de congolais ont pris conscience de l’importance du RAM dans le développement numérique du pays et de ses multiples avantages pour l’utilisateur. Ces organisateurs de la prétendue marche de protestation justifient leur démarche par le fait qu'il y aurait eu quelques problèmes de blocage des téléphones, de cartes SIM et même des forfaits internet de plusieurs utilisateurs à cause, selon eux du RAM.

Communiqué de presse de l’ARPTC

Sans plus tarder, l’ARPTC a dissipé tout malentendu sur cette affaire, à travers un communiqué de presse rendu public le weekend dernier.
Selon ce communiqué signé par le Président du Collège Christian Katende, "aucun appareil mobile se trouvant sur le territoire national n’a été bloqué par l’ARPTC ou le RAM qui laisse tous les utilisateurs d’appareils mobiles libres d’utiliser pleinement leurs appareils. Aucun transfert de monnaie électronique n’a été interrompu par l’ARPTC ou le RAM. L’Internet mobile activé reste pleinement disponible".

Toujours d’après cette communication, les quelques problèmes d’activation des forfaits ou d’unités ont été observés sur un nombre très limités de numéros d’un opérateur en particulier. Et ce dernier "prend en ce moment toutes les dispositions pour revenir à la normale".

Confiance dans le RAM et ses projets dérivés

Signalons par ailleurs que cette clarification de l'ARPTC a encore une fois de plus renforcé la confiance des congolais au RAM qui permet à la RDC de lutter efficacement contre la circulation des appareils contrefaits et le vol des appareils mobiles, véritable fléau qui frappe l’ensemble du territoire. Le RAM sécurise par ailleurs les données des utilisateurs, en cas de perte de leur appareil mobile. D’autres projets dérivés du RAM verront le jour d'ici très peu, comme la mise en place de zone d’internet gratuit, notamment à l'Université de Kinshasa, à l’ISTA et dans d'autres institutions universitaires du pays.

Au regard de ce qui précède, il n'y avait donc pas de raison valable pour ce groupe des jeunes de projeter une marche contre la mise en place d’un outil d’une telle importance, recommandé par les Nations unies dans la lutte contre la contrefaçon des appareils mobiles.