Dissolution de l’Assemblée nationale : une arme de Félix Tshisekedi pour résoudre le blocage institutionnel !




Dissolution de l’Assemblée nationale : une arme de Félix Tshisekedi pour résoudre le blocage institutionnel !






La RD Congo est en passe d’une crise interstitutionnelle aux conséquences incalculables depuis la sortie du premier Gouvernement formé des mains de Félix Tshisekedi.

Le président de la République a nommé le Premier ministre depuis le 15 février , Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge, issu de la majorité parlementaire « Union Sacrée » ( un rassemblement des partis , regroupements et forces hétéroclites) qui soutient la vision de Félix Tshisekedi.

« Honorables décidez sans crainte. Dissolution ou pas est votre unique responsabilité. Des temps en temps Félix rappelle les forces tapies dans son cœur », a dit Kitenge Yesu exhortant les députés révolutionnaires à faire montre davantage de responsabilités.

Le Haut Représentant du Chef de l’État appelle le collectif de 138 députés à « garder le meilleur et à rejetter le pire ».

« La personnalité = garde-robe du moi. Le courage est comme un muscle qui prend la force à l’usage », a-t-il souligné.

Il s’observe un climat morose et vive tension au sein de l’Union Sacrée. Les élus nationaux tombeurs du Bureau Mabunda réunis au sein du collectif 138 députés révolutionnaires sont très en colère et menacent de ne pas investir le Gouvernement Sama Lukonde.

Signalons qu’en cas de crise persistante entre le Gouvernement et l’Assemblée nationale, le Chef de l’État dispose de la faculté de dissoudre l’Assemblée nationale afin de solliciter des électeurs la désignation d’une nouvelle majorité pour soutenir son action.