Comme la coalition FCC-CACH, l'Union sacrée est aussi bloquée par des accords




Comme la coalition FCC-CACH, l'Union sacrée est aussi bloquée par des accords






L’Union sacrée, une roue de la fortune pour plusieurs acteurs politiques en quête de positionnement, est aujourd’hui bloquée. Fabriquée comme une stratégie de ras-le-bol et de refus de la coalition FCC-CACH, elle montre prématurément ses limites.

A la base, des accords qui portent les griffes de certaines personnalités aux ego démesurés. Le partage du butin divise les intérêts voire même les agenda surtout qu’à l’horizon pointe l’année 2023.

Résultat, la gouvernance de l’état congolais est au ralenti et parfois même à l’arrêt. Le gouvernement Lukonde pourtant attendu patine encore dans les labos de la 10 ème rue Limete ou encore au nouveau club de Binza, dans les hauteurs de Pigeon, dirigé de main de maître par Kitenge Yesu.

Entretemps, le pays bascule dans le chaos et il semble que tout tient encore à un fil, peut-être le dernier, la mise en place du Gouvernement Lukonde, minée cependant par des accords visiblement plus contraignant que l’accord FCC-CACH.

Le vrai gouvernement du chef de l’Etat tarde encore depuis le 15 février 2021, date à laquelle le président de la République Félix Tshisekedi a nommé Jean-Michel Sama Lukonde comme Premier ministère en remplacement d’un allié de l’ancien président Joseph Kabila.

Après avoir réussi à mettre de côté ce qu’il percevait comme les épines de la rose, à savoir le FCC, le camp présidentiel est aujourd’hui accusé de vouloir offrir le gouffre pour seul horizon. Grosse désillusion pour le peuple qui s’était pourtant laissé emporté par le discours anti FCC.