2ème lettre ouverte de Papy Tamba à Fify Masuka, vice-gouverneur de la province du Lualaba




2ème lettre ouverte de Papy Tamba à Fify Masuka, vice-gouverneur de la province du Lualaba






Fify Masuka, vice-gouverneur du Lualaba


C’est avec un coeur rempli de tristesse que je vous adresse cette deuxième lettre ouverte, car j’avais espoir que la première aurait suffi à interpeller votre bonne conscience, mais hélas ! Les gens qui agissent en votre nom et qui se vantent d’être de votre entourage ne cessent avec des attaques au bas de la ceinture contre le gouverneur Richard Muyej Mangez Mans, alors que ce dernier est encore convalescent. Que pouvons-nous déduire d’une telle méchanceté ?


Papy Tamba

Ici, il ne s’agit pas d’appartenance politique à un quelconque mouvement, mais d’un problème humain. Pour votre souvenir, je rappelle à votre attention que le feu président Étienne Tshisekedi avait rendu visite au feu président Mobutu en France, quand ce dernier était convalescent, bien qu’ils aient été farouchement opposés sur le plan politique. Cet exemple ne saurait-il pas vous servir pour calmer les ardeurs de votre entourage ? Fify Masuka à Kinshasa, rendant visite à son titulaire convalescent, voilà le rêve des lualabais. Sinon, nous risquerons de croire que vous considérez désormais votre titulaire comme étant votre ennemi et ce serait dommage.

De ce que je sais du Gouverneur Richard Muyej Mangez Mans, il ne vous considère pas comme son ennemie, encore moins son adversaire. Loin s’en faut. Mais j’observe dans les dires de ceux qui se réclament être sous votre coupole que ce dernier devenu plus méchant qu’un cercueil. Ils versent toute leur méchanceté sur lui, sans que nous n’en connaissions les raisons. Avez-vous déjà oublié vos propres paroles qui reconnaissaient ses mérites ou ne les dites-vous pas à eux? Je vous prépare un monitoring dans les jours à venir et cela pourrait peut-être vous rafraîchir la mémoire. L’ingratitude peut aussi se faire avec certaines manières…

Madame la Vice-gouverneur,

Au delà de la déception, je suis aussi surpris par votre silence face à tous vos affidés qui calomnient le gouverneur Mujey en votre nom. Surtout que les lualabais ne réalisent toujours pas les raisons qui poussent la méchanceté très loin dans vos relations avec celui pour qui vous étiez un colistier. Et je ne le dirai jamais assez. Ce d’autant plus que dans un de nos échanges sur WhatsApp, vous m’aviez rappelé que j’étais votre frère, sachant que je ne vous ai jamais calomniée. Incompréhension est faible comme mot, pour qualifier votre attitude.

Madame la Vice-gouverneur,

Je n’ai reçu aucune directive de mon parti pour me montrer humain envers Richard Muyej Mangez Mans convalescent. D’ailleurs, c’est même lui qui a lu la motion des gouverneurs devant le Président de la république au nom de l’union sacrée. Mais ici, il s’agit de l’homme Muyej : un homme si bon, si tendre et rempli d’amour que je défends. Suis-je seul à être choqué par les attaques injustes que l’on dirige vers lui? Le croire, c’est faire preuve de naïveté. Vos supporters énervent plusieurs personnes, sans peut-être s’en rendre compte.

Pour le dossier l’IGF, maintenant que la confrontation a eu lieu, pourquoi ne pas vous armer de patience ? À force de trop en faire, l’agitation de ceux qui se réclament de votre camp devient extrêmement ridicule. L’avenir nous en dira plus.

À propos de votre dossier avec les services des marchés publics, sachez vous défendre sans regarder en direction de votre titulaire. Cela s’appelle Responsabilité.