Question sur la nationalité congolaise : Delly Sessanga favorable à en faire « plus qu’un droit, une liberté »




Question sur la nationalité congolaise : Delly Sessanga favorable à en faire « plus qu’un droit, une liberté »







La proposition de l’économiste Noël Tshiani relative à la congolité est une menace à la cohésion nationale.

Delly sessanga est contre cette proposition et le Président de l’Envol considère en toute réalité ce débat d’un non débat.

« Il faut faire preuve à la fois de l’inconscience , de l’ignorance triplée de l’irresponsabilité pour que dans ce pays qui est déchiré par des guerres, nous avons besoin de cohésion nationale parce qu’aujourd’hui l’autorité de l’État s’est effritée et on voit un affaissement moral et Intellectuel des élites pour mettre en place pareille proposition », a-t-il dit d’entrée de jeu.

Fort de son expérience politique dans les pourparlers ayant débouché sur l’accord de Lusaka , Delly Sessanga rejette cette proposition de loi sur la nationalité congolaise dont les effets vont être de diviser la Nation et d’amener des conflits et des guerres.

A l’opposé, le député élu de Luiza et l’un des cardinaux du G13 se dit être favorable à faire de la question de nationalité congolaise plus qu’un droit à revendiquer, mais une liberté.


« A Sun City la nationalité est devenue un droit et non plus un objet de conquête. Aujourd’hui , mon parti Envol nous avons fait part d’une pétition qui a été signée à l’échelle du pays pour rendre la nationalité congolaise d’origine irrévocable , pour en faire plus qu’un droit une liberté » afin d’éviter les erreurs du passé.

« Mais hélas l’irresponsabilité est parfois la chose la mieux partagée dans notre pays » tacle t-il faisant allusion à l’insécurité à laquelle fait face la RDC mais que la question que l’on trouve à mettre sur table soit celle-là.

On rappelle qu’il y avait des gens qui parlaient de ce type de questions en 1997 lors de la guerre des AFDL et les pays était déchiré.

La session de mars à l’Assemblée nationale sera consacrée principalement à la question de réformes électorales , fonctionnement de la CENI et tant d’autres du genre en vue de baliser le chemin pour les scrutins de 2023. Elle promet d’être agitée.