L’UDPS à l’assaut du gouvernement par campagne publicitaire




L’UDPS à l’assaut du gouvernement par campagne publicitaire







C’est une première en RDC que de voir des personnalités solliciter un poste au gouvernement par une propagande. On se dira en pleine campagne électorale des législative.

Le message qu’ils passent à la population est claire. Il faut prendre à tout prix part au festin. Après les Bureaux de l’Assemblée nationale et du Sénat, le prochain Graal à atteindre est le gouvernement. Les institutions qui s’accaparent de 80% du maigre budget de l’Etat attirent en elles des personnages les plus farfelues. Si ceux qui se trouvent déjà dans le gouvernement veulent y rester pour continuer de bénéficier du butin, ceux qui sont au dehors veulent occuper une place aux alentours de la table.


On a vu le ministre de la Santé solliciter de rempiler à son poste, quand bien même l’opinion n’a pas apprécié sa gestion de la Covid-19, insinuant dans ses affiches qu’il serait le meilleur choix pour le ministère de la Santé. ‘‘ Pour un secteur de la Santé assaini, fort et sans antivaleurs’’, se vante-t-il. Sans antivaleurs, nous dira-t-on, mais ces faux morts de la Covid-19, ces millions qui ont disparu, ces agents de la riposte du Covid-19 qui battaient le pavé pour leurs émoluments ?

Et un certain professeur Mbata

La maladie de la propagande a contaminé un certain Mbata qui a sollicité quelques combattants de l’UDPS pour parler derrière eux en tant que candidat ministre de la Justice. Ce ministère qui exige un sérieux bagage n’est pas à confier à n’importe qui. Apparu dans la grande opinion publique à l’arrivée de Tshisekedi au pouvoir, Mbata a pris d’assaut les plateaux de télévision pour des débats où, par respect, les co-débateurs avaient l’élégance de lui laisser une passe pour qu’il ne perde pas la face.

Monsieur Mbata, que l’opinion compare à Ngoy Nduba de triste mémoire (qui affirmait à qui voulait l’entendre que la Conférence nationale souveraine et la Conférence constitutionnelle disaient une même chose) veut diriger le ministère de Justice. Mais déjà, dans les débats à la télé, ses thèses sont battues en brèche par le premier juriste venu. Intervenant comme quelqu’un qui vit dans une bulle, ses opinions ne convainquent pas les Congolais lambda pour que ces derniers lui laissent le délicat ministère de la Justice. Dommage que la RDC a atteint un tel niveau. A l’époque de Mobutu, une telle aventure n’aurait pas sa raison d’être car il pouvait apparenter cette campagne à de l’influence.