Le Conseil supérieur de la Défense arrête des mesures relatives à la situation sécuritaire en RDC




Le Conseil supérieur de la Défense arrête des mesures relatives à la situation sécuritaire en RDC






La réunion du Conseil supérieur de la Défense présidée par le Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, a arrêté, vendredi, dans la soirée, à la Cité de l’Union africaine, des mesures relatives à la situation sécuritaire de la RDC.

Selon le vice-Premier ministre, ministre de l’Intérieur, Sécurité et Affaires coutumières, Gilbert Kankonde Malamba, le Conseil supérieur de la Défense, a décidé de renforcer les équipes de la Police nationale congolaise (PNC) en instruisant le Vice-Premier ministre, ministre de l’Intérieur, Sécurité et Affaires coutumières, de prendre des arrêtés de nomination en vue de compléter les équipes de la Police là où il y avait des postes vacants.

Le Conseil supérieur de la Défense, a poursuivi le Vice-Premier ministre G. Kakonde, a décidé de la mobilisation des moyens logistiques pour faciliter la mobilité des patrouilles de la PNC, en disponibilisant des véhicules qui seront remis à certaines provinces, spécialement celles qui sont les plus touchées, dans leurs grandes agglomérations urbaines, par les activités de notamment de la criminalité.

Il a également été question, lors de la réunion du conseil supérieur de la Défense, de la coopération, au plan sécuritaire, avec les pays voisins notamment le Rwanda dont le conseiller spécial et le chef d’état-major général de l’Armée ont séjourné dernièrement en RDC, en vue d’arrêter des stratégies communes avec leurs collègues congolais pour endiguer l’insécurité qui règne le long de la frontière commune.

Kinshasa et Kigali ont donc décidé de mutualisé leurs efforts dans les échanges des informations qui permettront à l’un ou l’autre pays de pouvoir cerner les menaces, de manière précise, et de pouvoir intervenir pour endiguer ce phénomène.

Le Conseil supérieur de la Défense a pris ces décisions après avoir examiné la situation sécuritaire dans la province de l’Ituri à travers tout ce que les populations vivent, au quotidien, comme massacres commis par les groupes armés, notamment les ADF.

IL a également passé en revue les activités de criminalité observées dans les grandes agglomérations urbaines de la République, notamment dans l’espace du Grand Kasaï (Kasaï oriental et Kasaï central) et dans la province du Haut Katanga.