Fayulu et Muzito présentent la proposition de Lamuka sur la révision du fonctionnement de la Ceni




Fayulu et Muzito présentent la proposition de Lamuka sur la révision du fonctionnement de la Ceni




Martin Fayulu et Adolphe Muzito


Martin Fayulu et Adolphe Muzito ont déjà la tête tournée vers les élections de 2023. Les deux leaders de la coalition Lamuka ne comptent pas aller à ces joutes électorales avec le présent format de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) dont la majorité de la classe politique congolaise a noté des faiblesses pendant le dernier cycle électoral.

Pour aller à l'essentiel, ces opposants, à la tête du présidium de Lamuka, prévoient de présenter, le vendredi 12 mars au CEPAS à Gombe, leur proposition de révision de la loi organique portant organisation et fonctionnement de la Ceni. Un communiqué émanant de cette plateforme politique et co-signé respectivement par Martin Fayulu qui en est le coordonnateur et Adolphe Muzito renseigne que cette séance est réservée uniquement aux invités.

La question sur la réforme de la Ceni préoccupe au plus haut point les acteurs politiques. La quasi totalité des partis et mouvements politiques sont d'accord quant aux réformes en perspective de 2023, mais chacun y va de son gré. Le G13 a initié des entrevues avec un certain nombre de leaders politiques avant que Félix Tshisekedi n'annonce ses consultations mettant fin au deal FCC-CACH. Il ressort de ces entretiens menés par le G13 que tous étaient effectivement d'accord pour des réformes.

Martin Fayulu et les siens n'ont plus besoin de revivre ce qu'ils continuent de qualifier de hold up électoral. Allusion faite aux résultats de la présidentielle de décembre 2018. Ils saisiront l'occasion pour proposer aux Congolais ce qu'ils espèrent pour que la Centrale électorale réponde à des normes devant permettre à ses animateurs d'offrir à la RDC des élections apaisées, démocratiques et surtout "qui reflètent la vraie volonté du peuple exprimée dans les urnes".