Exclusivité de la nationalité congolaise : « Un péril bien plus menaçant contre la RDC », prévient Olivier Kamitatu




Exclusivité de la nationalité congolaise : « Un péril bien plus menaçant contre la RDC », prévient Olivier Kamitatu







Olivier Kamitatu, directeur de cabinet et porte-parole du président de Ensemble


Le débat sur la double nationalité est remis au goût du jour en République Démocratique du Congo.

Beaucoup d’hommes politiques congolais, dont Moïse Katumbi, sont accusés de détenir au moins une autre nationalité en plus de celle de la RDC.

Ce qui par conséquent, selon leurs détracteurs, devraient les empêcher d’être candidats à la présidentielle prévue en 2023.

La réponse du berger à la bergère vient d’Olivier Kamitatu , le porte-parole de Moïse Katumbi, pense que cette proposition
relative à la congolité est une menace à la cohésion nationale.

" Fin XIXème siècle, le péril jaune fut défini comme le danger que les peuples d’Asie surpassent les blancs et gouvernent le monde. Au XXIème siècle, Noël Tshiani vend un remède miracle pour soigner un autre péril bien plus menaçant contre la RDC ", écrit-il sur son compte Twitter.

Cette proposition de loi soulevée au temps de Joseph Kabila avait soulevé un levier des boucliers de l’UDPS et d’autres partis politiques ,mais appuyée aujourd’hui par les hommes du régime pour des fins politiques.

En définitive, Olivier Kamitatu tacle Noël Tshiani et ses propos minables qu’il considère d’un pyromane.

" Mais hélas , l’irresponsabilité est parfois la chose la mieux partagée dans notre pays " avait réagi le député Delly Sessanga qui regrette que ce soit la question que l’on trouve à mettre sur table au moment où le pays fait face à l’insécurité dans sa partie orientale

On rappelle qu’il y avait des gens qui avaient soulevé le même type de questions en 1997 lors de la guerre des AFDL. Conséquence, le pays s’est retrouvé dans une impasse sans précédent.

La session de mars à l’Assemblée nationale sera consacrée principalement à la question de réformes de la loi électorale, organique , fonctionnement de la CENI et tant d’autres du genre en vue de baliser le chemin pour les scrutins de 2023. Elle promet d’être agitée.