Sénat : Samy Badibanga contre-attaque la pétition initiée contre lui à la Haute Cour de justice




Sénat : Samy Badibanga contre-attaque la pétition initiée contre lui à la Haute Cour de justice






C’est un Samy Badibanga décidément prêt à obtenir l’annulation de la pétition initiée par la Sénatrice Victorine Lwese auprès de Cour constitutionnelle.

L’avocat du 1er Vice-président du Sénat évoque dans sa lettre adressée au président de la Cour constitutionnelle que » les pétitionnaires se sont organisés d’empêcher à l’accusé de ne pas organiser sa défense, sachant bien qu’il a un bureau au sein du Sénat en sa qualité du premier vice-président du Sénat, vont, contre toute attente, faire signifier leur pétition, « soi-disant » dans une des résidences de l’accusé qui est autre que son Bureau.Ne l’ayant pas trouvé, ces derniers vont instrumenter leur exploit d’huissier par le canal de la commune de Gombe qui n’a jamais transmis ladite pétition à qui de droit alors qu’elle circule sur les réseaux ».

En outre, l’avocat de M. Samy Badibanga, appuie que «l’article 27 de la Constitution de la République à base duquel les pétitionnaires fondent leur pétition qui dispose que : « tout congolais a le droit d’adresser individuellement ou collectivement une pétition à l’autorité publique qui répond dans les 3 mois » a été mal interprété », car, estime-t-il, « ici il ne s’agit pas des actes d’assemblée mais plutôt des pétitions des administrés sur les questions d’intérêt public auxquelles leur droit se voit être mis à mal par les autorités publiques ».

Au regard des éléments susévoqués, Samy Badibanga et tout son cabinet attendent de la Cour constitutionnelle l’annulation de cette pétition pour continuer à assurer les affaires en sa qualité de Premier Vice-président de la chambre haute.

Pour Samy Badibanga , cette pétition se révèle irrégulière et Illégale dans la mesure où l’initiatrice Victorine Lwese est déjà membre du Bureau d’âge qui devra être examiné cette dernière, ne peut pas être elle-même juge et partie. Ainsi pour lui, l’action des pétitionnaires n’est rien d’autre que « l’acharnement stérile et surtout qu’il est interdit par le règlement intérieur du sénat d’initié une seconde pétition au cours de la même session contre la même personne et pour les mêmes faits »

Samy Badibanga est le seul membre du Bureau sortant à n’avoir pas démissionné après que 6 sur les 7 membres du Bureau Tambwe Mwamba aient opté pour la voie de noblesse.