Sama Lukonde cédera-t-il aux sirènes des éternels assoiffés ?




Sama Lukonde cédera-t-il aux sirènes des éternels assoiffés ?






Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge, Premier ministre


Après sa nomination, le nouveau Premier Ministre, Sama Lukonde Kyenge, s’est déjà mis au travail, et pense avec minutie à la composition de son gouvernement. « Gouvernement de combat », comme on l’appelle. Cependant, les habitudes de la classe politique congolaise risqueraient de jouer un sale tour au jeune et dynamique Premier Ministre.

L’alerte a été seulement quelques heures après sa nomination. Comme l’on pouvait s’y attendre, c’est de Steve Mbikayi que venue la première revendication. _*“Pour éviter les erreurs du passé, nous demandons à son Excellence Mr le Premier Ministre nommé, de tenir scrupuleusement compte de la configuration des forces politique à l’assemblée nationale. Traiter chaque force politique en fonction de ce qu’elle représente. L’AFDC-A attend un traitement digne de son rang”*_, lançait Steve Mbikayi.

Comme un signal voulant dire que, tous ne sont pas dans l’Union Sacrée, pour le service au peuple, certains s’en moquent même. Leurs postes avant tout.

Alors le nouveau Premier Ministre sera-t-il à mesure de contourner cette routine de « poids politique », dans la formation de son gouvernement ? Puisque les expériences du passé sont plus que fâcheuses. C’est en voulant satisfaire tout le monde, en tenant compte de ce fameux poids politique que le Congo sort d’un gouvernement de plus de 65 membres, malheureusement moins efficace que jamais. Il n’aura servi qu’à consommer l’argent du pauvre citoyens.

Quel serait donc l’intérêt de s’accrocher qui n’a produit aucun fruit ? Nombre d’observateurs restent unanimes sur le fait qu’il faut faire fi du poids politique autant que de la géopolitique dans la formation du gouvernement de l’Union Sacrée. Privilégier la compétence, la moralité et surtout le renouvellement de la classe politique.

Le Premier Ministre, Sama Lukonde, a donc du pain sur la planche. Snober ces politiciens toujours assoiffés des postes pour leurs intérêts, n’est pas impossible, certains méritent de regretter d’être venus se réfugier dans l’USN, pourvu que le peuple se retrouve.