Le ML de Thomas Luhaka dit non à l'union sacrée



Le ML de Thomas Luhaka dit non à l'union sacrée






Le Mouvement Libéral (ML) se dit non concerné face à la transhumance constatée ces derniers jours dans l’environnement politique congolais. Il l’a fait savoir à l’issue de la réunion du bureau politique du Mouvement Libéral élargie aux élus Nationaux et autres Hauts cadres autour de son Autorité Morale Thomas Luhaka Losendjola.

« Après avoir analysé la situation politique du pays et les questions de l’heure, le bureau politique u ML, sous l’autorité de l’honorable Thomas Luhaka Losendjola,, réaffirme son engagement à mener le combat de l’émergence d’un Congo fort et prospère au sein du Front Commun pour le Congo, FCC en sigle » a écrit Didier Masamba Malumba dans un communiqué parvenu à la rédaction ce dimanche 20 décembre 2020.

De ce fait, a-t-il ajouté, le ML demeure constant dans le choix républicain levé depuis lors à la veille de la tenue des élections générales de décembre 2018. Une façon claire pour Thomas Luhaka et sa troupe de dire qu’ils ne sont pas concernés par l’union sacrée initiée par le Chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi.

Aussi, convaincu de la justesse de cette option, les élus Nationaux ainsi que les Hauts cadres, au nom du parti, renouvellent leur attachement aux idéaux et orientations du FCC, sous le leadership du Sénateur à Vie Joseph Kabila Kabange. Le ML en appelle ainsi à la vigilance et la mobilisation générale de tous les cadres, militants et sympathisants, afin de demeurer constant dans la vision du FCC qui repose sur l’État de droit, porteur de l’intérêt du peuple et du bonheur collectif.

Enfin, le Mouvement Libéral de Thomas Luhaka Losendjola demeure convaincu que seules la Paix, la cohésion et l’unité nationale sont le fondement de la reconstruction de la République Démocratique du Congo.

Rappelons-le, dans son adresse à la Nation du 06 décembre dernier, le Chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi avait déclaré la fin de la coalition FCC-CACH. Il avait annoncé la nomination d’un informateur en vue d’identifier une nouvelle majorité parlementaire en vue de la création de l’union sacrée de la Nation. Depuis cette annonce, plusieurs forces et personnalités politiques adhérent à la vision sans defois le consentement de leurs formations politiques.