Tshisekedi - Kabila : rude bataille diplomatique




Tshisekedi - Kabila : rude bataille diplomatique






Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo et Joseph Kabila Kabange


Rien ne va plus entre le président de la République, Félix Tshisekedi et son prédécesseur, Joseph kabila.

Les deux partenaires de l’alternance historique, intervenue en République démocratique du Congo à l’issue de la présidentielle du 30 décembre 2018 se regardent désormais en chiens de faïence. La prestation de serment de trois juges de la Cour constitutionnelle est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.

Alors que Félix Tshisekedi envisage de mettre en place l’Union sacrée, à l’issue des consultations qu’il a entamé, pour visiblement mettre fin à la coalition au pouvoir FCC- CACH, qui l’empêcherait de concrétiser son projet de l’instauration de l’État de droit, Joseph kabila, lui, tient à cette coalition qu’il considère comme gage de stabilité.

Le raïs a rappelé lors de son speech devant les sénateurs et députés de sa famille politique , le Front Commun pour le Congo dans sa ferme de kingakati, le deal conclu avec son successeur, avant de lui passer le flambeau.

C’est le début des hostilités sur le plan diplomatique !

La semaine qui vient de s’achever , Félix Tshisekedi a envoyé ses émissaires sous la conduite de son conseiller privé, Fortuna Biselele en Égypte et au Rwanda pour convaincre le président égyptien, Al-Sisi et le rwandais, Paul Kagame du bien fondé de sa démarche de mettre en place l’Union sacrée pour la Nation.

De son côté, Joseph kabila vient de lancer une offensive diplomatique pour le respect de l’accord conclu avec l’actuel chef de l’État. L’autorité morale du Front Commun pour le Congo a envoyé une lettre claire au secrétaire général des Nations Unies, aux autres parrains de l’accord ainsi qu’aux pays de la SADC.

Pour l’ancien directeur du collège diplomatique, Kikaya Bin Karubi qui confirme l’information , il n’y a pas de solutions en dehors de l’accord.