Les FARDC demandent aux opérateurs politiques de s’abstenir d’adresser des invectives au commandement des forces armées

 POLITIQUE

Les FARDC demandent aux opérateurs politiques de s’abstenir d’adresser des invectives au commandement des forces armées

-

Les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) lancent un appel en direction des opérateurs politiques de tout bord à s’abstenir d’épiloguer sur les forces armées et d’adresser des invectives au commandement des forces armées, a déclaré le porte-parole de l’armée le général major Léon-Richard Kasonga.

Il l’a dit au cours d’une conférence de presse ce jeudi 12 novembre à l’Etat-major général des FARDC à Mont Ngaliema.

D’après le porte-parole des FARDC, cette campagne contre l’armée vise à la démoraliser dans le but d’opposer les militaires les uns contre les autres, alors que l’armée est apolitique.

« Nous sommes ici au plan militaire, nous agissons en fonction des données qui sont les nôtres et également des contingences liées à la sécurité du pays. Les opérateurs politiques qui excellent dans des actes attentatoires à l’honorabilité mais également au fonctionnement de nos forces armées au terme de la loi sont justiciables des tribunaux militaires. Parce que leurs objectifs c’est d’opposer les militaires les uns aux autres afin d’impacter la stabilité du pays », dénonce le général major Léon-Richard Kasonga.

Il poursuit :

« Mais au moins en termes d’actions pédagogiques, j’ai lancé un message ici leur demandant de s’abstenir. Mais en cas de récidive, les lois de la République prévoient les mécanismes par lesquels ils seront contraints de se justifier devant les juridictions compétentes ».

Quant à la question de la délocalisation du quartier général de l’Etat-major général du Mont Ngaliema, le porte-parole des FARDC a fait savoir que « cela rentre dans le cadre de la réforme de l’armée et cela découle d’une planification bien ordonnée et conforme à la montée en puissance de l’armée ».