Annoncé ce vendredi à Kinshasa : Moïse Katumbi mobilise pour l’Union sacrée




Annoncé ce vendredi à Kinshasa : Moïse Katumbi mobilise pour l’Union sacrée





Le président d’Ensemble pour la République va fouler, pour la première fois depuis son retour d’exil en mai dernier, le sol de la capitale congolaise, où ses partisans sont mobilisés pour lui réserver un accueil à la hauteur de l’aura du président sponsor du Tout Puissant Mazembe, gouverneur honoraire de l’ex-province du Katanga et un leader du présidium de la LAMUKA.

Dans une vidéo d’une minute 56 secondes postée sur la toile, Moïse Katumbi annonce lui-même sa venue à Kinshasa, capitale de la République et siège des institutions nationales et internationales.

Entre autres raisons, invoque-t-il, pour remercier les Kinois, car sans leur implication, il n’y aurait pas d’élections en décembre 2018.

« Je viens à Kinshasa pour vous remercier parce que sans Kinshasa, on n’aurait pas eu d’élections en 2018. Vous nous avez accompagné et beaucoup de compatriotes sont morts. Nous ferons tout ce qui à notre pouvoir pour notre pays aille de l’avant », a lâché le président d’Ensemble pour la République sur la vidéo postée par Michael Tshibangu, conseiller de Katumbi en charge des télécommunications, des NTIC, de l’Economie numérique et des Réseaux sociaux.

Au-delà cette raison, Moïse Katumbi appelle à l’unité pour sortir le peuple congolais de la misère où l’a plongé les dix-huit ans du kabilisme.

« Partout, le peuple congolais souffre. Kinshasa et l’Est du pays, nous devons nous unir et débattre des problèmes qui nous assaillent »,a-t-il appelé par ailleurs.

Mais plus qu’un simple appel, le message de Moïse Katumbi sonne comme une mobilisation pour l’Union sacrée.

« Mes frères de la Société civile, de LAMUKA et autres, participons au dialogue pour trouver des solutions aux problèmes de l’heure, car le peuple continue de souffrir. Aujourd’hui, le pays tout entier est bloqué. J’arrive à Kinshasa pour qu’ensemble nous trouvions des solutions à nos problèmes. Salut Kinshasa ! Que Dieu vous bénisse ! ».