Modération en ligne : les PDG de Facebook et Twitter sur le banc des accusés au Sénat




Modération en ligne : les PDG de Facebook et Twitter sur le banc des accusés au Sénat






A six jours de l'élection présidentielle américaine, les patrons de Facebook, Twitter et Alphabet ont été entendus par une commission du Sénat mercredi. Les démocrates les ont accusés ne pas lutter suffisamment contre la désinformation et les républicains de censurer leurs propos. Les trois plateformes ont défendu la loi leur conférant une large immunité quant aux contenus postés sur leurs sites.

Il aura fallu attendre plus de deux heures et demie pour voir poindre une première question sur la meilleure manière de réformer la « Section 230 ». A six jours de l'élection présidentielle américaine, l'audition des patrons de Facebook, Twitter et Alphabet par une commission du Sénat mercredi a davantage donné lieu à une litanie de griefs à l'égard des géants de la Silicon Valley qu'à un débat sur l'évolution de cette loi conférant une large immunité aux plateformes quant aux contenus postés sur leurs sites.

Les trois géants de la Silicon Valley, en particulier Facebook et Twitter, ont été accusés par les uns de ne pas supprimer suffisamment de contenus et par les autres d'en laisser trop en ligne. Du côté des républicains, les reproches se sont concentrés sur de prétendus « biais anti-conservateurs » conduisant à les « censurer ». Au cours des derniers mois, les deux réseaux sociaux ont renforcé le signalement des déclarations contenant de fausses informations , notamment sur le Covid-19 et l'intégrité des élections, une politique qui irrite les républicains.

« Mais qui donc vous a élu ? »

Le sénateur républicain du Texas Ted Cruz s'en est pris violemment au PDG de Twitter après sa décision, il y a deux semaines, d'interdire le partage d'un article du « New York Post » accusant Joe Biden d'avoir rencontré un businessman ukrainien avec qui son fils Hunter faisait affaire. « Mais qui donc vous a élu et vous a donné le droit de décider quels médias sont permis ? », s'est insurgé l'élu.

Longue barbe et piercing au nez, le patron de Twitter a calmement répondu que la politique de Twitter était « de limiter la diffusion de matériaux qui sont piratés », le document avec ces allégations étant issu d'un disque dur à l'origine incertaine. Mais il a aussi reconnu que l'entreprise avait fait une erreur et ensuite permis à l'article d'être partagé.

Peu disert, le patron du réseau social à l'oiseau bleu a eu du mal à expliquer la logique derrière certaines décisions, comme celle de laisser certaines déclarations de l'ayatollah Khomeini appelant à la destruction d'Israël sur sa plateforme. « Nous avons une politique luttant contre la désinformation dans seulement trois catégories : la manipulation des médias, la santé publique et les élections », a-t-il avancé.

Mark Zuckerberg a été plus habile, appelant à davantage de régulation pour ne pas être « l'arbitre de la vérité », tout en restant flou sur son contenu. « Laissez-moi être clair : nous considérons notre travail sans biais politique, point. Faire autrement serait contradictoire avec notre mission et nos intérêts économiques », a déclaré, quant à lui, Sundar Pichai, le PDG de Google, qui n'a eu à répondre à aucune question sur YouTube.

« Tentative d'intimidation des PDG »

Les démocrates ont critiqué leurs collègues républicains pour avoir organisé cette audition moins d'une semaine avant l'élection. « C'est une tentative d'intimidation des PDG pour qu'ils soient plus souples sur la désinformation », s'est insurgé le sénateur démocrate Brian Schatz, en demandant aux plateformes de « résister à ce comportement immoral » après avoir cédé à leur « jeu » par le passé. « Ils vous accusent et vous embauchez des républicains […] et faites des exceptions à vos règles pour les personnalités de droite sur vos plateformes », a déclaré le sénateur d'Hawai.

Plusieurs de ses collègues ont appelé Facebook, Twitter et Google à supprimer davantage de contenus problématiques, comme les événements de milices suprémacistes blancs. Et à revoir leurs algorithmes de recommandations pour éviter de « diriger du contenu divisant les gens, aussi bien à gauche qu'à droite », a déclaré Amy Klobuchar, sénatrice du Minnesota.

« Bonne foi »

Les trois patrons ont mis en garde contre une réforme trop large de la Section 230, qui permet aujourd'hui aux plateformes de retirer tout contenu qu'elles jugent « répréhensible » sans risquer de poursuites judiciaires quand l'action est faite « de bonne foi ». « Beaucoup d'entre vous croient que nous n'agissons pas de bonne foi et je veux que nous accomplissions des progrès là-dessus », a déclaré Jack Dorsey. Le patron de Twitter a proposé davantage de transparence sur la façon dont les contenus sont modérés, d'améliorer la capacité des utilisateurs à faire appel d'une décision de retrait et à choisir les algorithmes régissant leur page d'accueil.

Le patron de Facebook a, lui, mis en avant l'importance d'une régulation pas trop stricte pour permettre à de nouvelles start-up de voir le jour. Un argument sorti non sans une certaine ironie, alors que le ministère de la Justice se prépare à lancer une poursuite pour pratiques anticoncurrentielles contre le réseau social au plus de 2 milliards d'utilisateurs, selon plusieurs médias américains.