Kinshasa : Les installations de Mygoldrev scellées par le parquet de Kinshasa/Matete .




Kinshasa : Les installations de Mygoldrev scellées par le parquet de Kinshasa/Matete .





Les installations de Mygoldrev situées dans la commune de Limete (Kinshasa) ont été scellées depuis le mardi 27 octobre 2020 par le parquet de Kinshasa/Matete. C’est ce qu’a affirmé un des responsables de cette structure de crypto monnaie opérant depuis quelques mois seulement en République démocratique du Congo (RDC).

« Seules nos installations situées à la 16ème rue/Limete ont été scellées, sur base d’une plainte déposée par un groupe de nos clients. Par contre, le bâtiment abritant notre direction générale situé à la 6ème rue/Limete est encore opérationnel », a indiqué un employé de Mygoldrev contacté par MCP.

Et d’ajouter : « Les plaignants n’ont pas apprécié le fait que le paiement n’était organisé que pendant quelques jours de la semaine. Une méthodologie adoptée compte tenu du fait que le nombre de demandeurs de paiement devenait de plus en plus croissant ».

A en croire la source, le volume de Bitcoin sollicité journalièrement devenait de plus en plus important. Ce qui a fait que des foules importantes de demandeurs passaient parfois des semaines entières sans être servi.

Le Bitcoin (₿, BTC, XBT) (de l'anglais bit : unité d'information binaire et coin « pièce de monnaie ») est une cryptomonnaie autrement appelée monnaie cryptographique. Dans le cas de la dénomination unitaire, on l'écrit « bitcoin » et, dans le cas du système de paiement pair-à-pair on l'écrit « Bitcoin ».

Selon le dictionnaire Larousse, l'idée de « Bitcoin » fut présentée pour la première fois en novembre 2008 par une personne, ou un groupe de personnes, sous le pseudonyme de Satoshi Nakamoto1,2. Le code source de l'implémentation de référence fut quant à lui publié en 2009.
Signalons qu’à ce jour, un Bitcoin représente 26 609 352,00 franc congolais.

Il sied de rappeler que depuis plusieurs mois, la Banque centrale du Congo (BCC) n’a cessé de tirer la sonnette d’alarme quant au caractère « illégal » de Mygoldrev. Entre temps, une importante quantité d’épargne avait déjà été recolté avec promesse de remboursement avec des taux d’intérêt exorbitant