Honoré Ngbanda dénonce un complot international visant la balkanisation du pays derrière le dossier Minembwe




Honoré Ngbanda dénonce un complot international visant la balkanisation du pays derrière le dossier Minembwe





Honoré Ngwanda


Le dossier de l’instauration controversée de Minembwe, dans le territoire de Fizi, province du Sud-Kivu, en commune rurale continue de faire parler de lui. Intervenant dans un media de la diaspora congolaise dont un extrait vidéo et des textes qui circulent sur la toile, Honoré Ngbanda, opposant congolais en exil, voit dans cette initiation un projet de balkanisation du pays.

D’après l’ex-chef des renseignements sous le régime Mobutu, la communauté internationale se sert de la communauté Banyamulenge pour mettre en exécution leur plan de balkanisation du pays. A l’en croire, l’instauration de Minembwe n’est qu’une étape vers l’autodétermination des Banyamulenge qui, selon lui, chercheraient à détacher cette partie du pays pour en faire un Etat à part en complicité avec le Rwanda.

Honoré Ngbanda rappelle que les Banyamulenge ne sont pas des Congolais mais des réfugiés rwandais installés par l’ONU en 1959 notamment dans les sites de Mulenge, dans le Sud-Kivu. La population locale les appellera les « Banyarwanda ». Une appellation qu’ils changeront eux-mêmes - après l’obtention de la nationalité zaïroise en 1972 sur proposition de l’ancien directeur de cabinet de feu président Mobutu, Barthélemy Bisengimana, membre de cette communauté - en « Banyamulenge » dans « leur volonté de vouloir s’accaparer des terres congolaises du grand Kivu », selon l'ancien chef des renseignements.

Et de poursuivre en disant que « suite aux tensions et conflits sanglants engendrés dans la région à la suite de la résistance des autres tribus autochtones congolaises qui refusèrent de céder leurs terres à ceux qu’elles considéraient désormais comme des "envahisseurs rwandais" », cette décision fut annulée en 1981 par le Comité central du Mouvement Populaire pour la Révolution (MPR) invoquant le fait que « la procédure légale en République Démocratique du Congo prévoit l’octroi individuel et non collectif de la nationalité congolaise », écrit-il.

Mais de l’autre côté, se réclament toujours d'être des Congolais, cette décision des autorités congolaises provoqua plutôt une vive protestation au sein de cette communauté des réfugiés rwandais, qui n’acceptèrent pas de voir déchoir par les autorités politiques congolaises leur nationalité acquise en 1972, et eurent recours à l'ONU pour tenter de régler ce différent « en se présentant eux-mêmes comme étant des représentants des "populations originaires du Rwanda au Zaïre"», explique Honoré Ngbanda.

Selon lui, « Cette lettre à elle seule fournit beaucoup d’informations capitales sur les visées expansionnistes et hégémonistes des lobbies politico-militaires tutsis rwandais en République Démocratique du Congo. »

Il appelle dès lors la population à la vigilance et suggère au président de la République de "ne plus s’approcher du Rwanda."



Lire, ci-dessous, l’extrait de la vidéo de Honoré Ngbanda :