Blanchiment des capitaux : la RDC parmi les pays placés sur la liste noire des États-Unis (Cenaref)




Blanchiment des capitaux : la RDC parmi les pays placés sur la liste noire des États-Unis (Cenaref)






Adler Kisula, Secrétaire exécutif de la Cellule nationale des renseignements financièrs (CENAREF)


Le secrétaire exécutif de la Cellule nationale des renseignements financièrs (Cenaref), Adler Kisula a planché sur les questions de blanchiment des capitaux à la base des craintes des investisseurs internationaux en RDC.

C’était ce samedi 17 octobre lors de son intervention au séminaire organisé par le Réseau des parlementaires Africains contre la corruption (APNAC) à Kinshasa.

Selon lui, la circulation des flux financiers hors circuit bancaire en RD Congo inquiète de plus en plus le gouvernement américain.

« 48 heures après ma prise de fonction, j’ai eu l’honneur de m’entretenir par vidéoconférence avec le trésor américain. Cette question a été au centre des préoccupations des américains, le pays est considérée comme une terre propice au blanchiment des capitaux et placée sur la liste noire », a-t-il déclaré.

Il a par ailleurs indiqué que plusieurs facteurs font que la RDC soit classée sur la liste noir notamment la présence des nombreux groupes armés dans le pays, la fraude minière organisée par certains opérateurs du secteur, l’étendue du pays, des paiements en dollar opérés en dehors du circuit bancaire et l’absence de contrôle du flux financier.

Par conséquent, pour redorer l’image du pays, le secrétaire exécutif du Cenaref note la nécessité de revoir différentes dispositions légales en matière de blanchiment des capitaux.

« Il y a nécessité de renforcer le dispositif légal sur le blanchiment des capitaux en RDC. Et avant le mois mars, il faut revoir la loi sur le blanchiment d’argent », a-t-il ajouté.

Il a annoncé qu’une proposition de loi sera déposée au Parlement à la session ordinaire de mars 2021.