« Si la justice laisse Félix Kabange en liberté, ce que nous avons décidé de bruler ce pays » (JC Katende)


« Si la justice laisse Félix Kabange en liberté, ce que nous avons décidé de bruler ce pays » (JC Katende)




L’Association africaine de défense des droits de l’homme (ASADHO) fustige les propos tenus par Félix Kabange Numbi, cadre du Front Commun pour le Congo (FCC). « si la justice laisse Kabange Numbi en liberté, ce que nous avons décidé de brûler le pays », fait savoir le président national de cette structure dans un tweet posté le jeudi 10 septembre.

D’après Jean-Claude Katende, « ce monsieur (Félix Kabange) a déjà déshabillé des prêtres dans notre pays. Et aujourd’hui, il va plus loin en appelant à la haine tribale. Sa place est en prison ».

Jean-Claude Katende croit dur comme fer que Félix Kabange, « pour ses appels à la xénophobie en complicité avec le gouverneur du Haut-Katanga, doit être interpellé par la justice ». « Un politicien qui s’exprime comme ça est un danger. Il n’est pas à son premier coup », affirme le président de l’ASADHO opposé aux propos du député national du Haut-Katanga.

Le discours tenu il y a quelques jours à Lubumbashi par le député national Félix Kabange Numbi a heurté les bonnes consciences. « Des propos xénophobes et séparatistes sortis de la bouche de ce cacique du FCC contre notamment les Kasaïens, en présence du gouverneur de la province du Haut-Katanga ». Pour Félix Kabange, « chacun a un chez soi. Il ne faut pas que des gens viennent ici à l’espace Katanga pour s’attaquer au pauvre Joseph Kabila Kabange qui a accepté de laisser le pouvoir pour une alternance avec l’UDPS alors qu’il n’a que 45 ans ».