« L’élection présidentielle au second degré est une provocation », Steve Kivuata


« L’élection présidentielle au second degré est une provocation », Steve Kivuata







Steve Kivuata


La coalition Lamuka, par l’entremise d’un de ses communicateurs, maître Steve Kivuata, considère l’élection présidentielle au second degré proposée par Ngoy Kasanji, cadre du Front commun pour le Congo (FCC) et ancien gouverneur du Kasaï oriental, de « provocation » envers le peuple congolais.

Contacté par Media Congo Press (MCP), ce cadre de la plateforme née à Genève (Suisse) pense que l’idéal pour l’instant serait de revenir à l’élection présidentielle à deux tours comme c’était le cas en 2006. Il promet que sa plateforme mobilisera la population pour faire échec à cette démarche du FCC.

L’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), a aussi exprimé son opposition à l’idée de son principal allié le FCC.

Ngoyi Kasanji évoque des raisons d’ordre économique pour soutenir cette thèse appuyée jusque-là dans les coulisses par sa famille politique. Il a souligné que les élections au suffrage universel direct ont coûté énormément cher soit 1 milliard de dollars sur fonds propre en 2011 et 2018. Il estime que l’élection du président de la république par les parlementaires réduirait les risques de contestation.

Ci-dessous, la réaction de Maître Steve Kivuata, communicateur de Lamuka :