Tension à Kasumbalesa après le meurtre du secrétaire du "Parlement débout"


Tension à Kasumbalesa après le meurtre du secrétaire du "Parlement débout"








Les militants de l’Union pour la démocratie et le progrès social (Udps) ont saccagé le tribunal de paix et le bureau de la police de la ville frontalière de Kasumbalesa avant de s’accaparer d’un poste de péage ce lundi 3 aout 2020. Ces manifestations spontanées ont été déclenchées à la suite de la mort inopinée de leur secrétaire du parlement débout par des bandits armés, la nuit du dimanche à ce lundi sur la route Sodimico.

Les présumés bandits ont tiré sur deux jeunes hommes âgés de 27 et 29 ans, qui ont respectivement reçu une balle au bras et dans le thorax. Les blessés ont été acheminés dans une structure médicale pour les premiers soins. Leur état s’étant empiré, ils ont été acheminés à l’hôpital cinquantenaire de Lubumbashi où l’un a trouvé la mort.


D’autres manifestants ont barricadé la RN 1 Lubumbashi-Kasumbalesa à la hauteur du péage. Ces jeunes, dont certains brandissent les emblèmes de l’Udps, font payer les véhicules à la place du poste de péage officiel.

« Nous sommes bloqués ici, bientôt une heure ! Il y a des jeunes qui brandissent les calicots de l’Udps qui barricadent la route en prenant en otage un poste de péage. C’est quelle façon de se comporter ça ? C’est trop énervant les attitudes et habitudes des militants de l’Udps », déclare Franck Irung en route vers Kasumbalesa, joint au téléphone par Media Congo Press (MCP).

Depuis un temps, la ville de Kasumbalesa s’est transformée en un véritable Far west (la loi du plus fort domine) où l’autorité de l’Etat est quasi-inexistante. Des jeunes des partis politiques notamment l’Udps se sont substitués à la douane et perçoivent de taxes.