160 congolais bloqués en Chine demandent leur rapatriement au pays


160 congolais bloqués en Chine demandent leur rapatriement au pays









160 congolais bloqués en Chine à cause de la fermeture des frontières aériennes, terrestres et maritimes de la République démocratique du Congo (RDC), sollicitent leur rapatriement au pays après plus de 4 mois passés dans des conditions difficiles.

Dans un entretien accordé à Zoom Eco, ces congolais commerçants pour la plus part, sollicitent l’affrètement d’un avion spécial pour leur retour au pays de leurs ancêtres.

« Nous sommes bloqués à Guangzhou depuis six mois suite à la crise sanitaire due au Coronavirus. Nous sollicitons notre rapatriement au pays. Que les autorités congolaises prennent les dispositions quant à ce, au risque d’être bloqués encore longtemps et ainsi être de nouveau exposé au deuxième vent de la pandémie qui sévit déjà Pékin», a déclaré Bienvenu Mbamvu, un des congolais bloqués à Guangzhou.

Ces citoyens congolais tirent la sonnette d’alarme au Gouvernement sur le fait qu’ils n’ont plus de moyens de subsistance étant donné que leur séjour est largement dépassé.

A Bienvenu Mbamvu d’insister : « nous sommes dans l’obligation de renouveler nos visas de court séjour, moyennant 160¥ (22,8USD) par mois. Or, certains de nos compatriotes n’ont plus de pages vides dans leurs passeports, pouvant permettre l’obtention de visa. Nous rapatrier sera une mesure salvatrice car parmi nous, il y a des pères et mères de familles, obligés de bien prendre soin de leurs foyers. »

Pour lutter contre la propagation du coronavirus en Rd Congo, le président de la République Félix Tshisekedi a décrété l’état d’urgence sanitaire sur toute l’étendue du territoire national, avec comme conséquence notamment la fermeture de frontières depuis le 20 mars 2020. Une mesure qui a été prise après le confinement déjà décrété en amont par le Gouvernement chinois et tant d’autres pays de transit à travers le monde.

A ce jour, le cumul de cas a dépassé le chiffre de 8 000 malades dont près de 200 décès et plus de 4 000 personnes guéries.