Le Président de la République a accordé une audience au Président du Conseil européen, Charles Michel




Le Président de la République a accordé une audience au Président du Conseil européen, Charles Michel




Le président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo a réçu lundi 10 février à Addis-Abeba, le président du Conseil Européen, Charles Michel. Pendant plus d’une heure, le chef de l’Etat Congolais et l’ancien premier ministre Belge ont parlé de la reprise de la coopération entre la République Démocratique du Congo (RDC) et la Belgique.

A cette occasion, Charles Michel a fécilité Félix Tshisekedi pour sa désignation au poste de premier vice-président de l’Union Africaine pour l’année 2020 et son élection en 2021 comme président de cette organisation panafricaine.

Cet échange est intervenu quelques jours après la visite en RDC, de la première ministre intérimmaire belge, Sophie Wilmès.

La cheffe de l’Exécutif Belge avait exprimé la disponibilité de son pays à appuyer la République Démocratique du Congo (RDC) dans la formation des agents des services de Renseignements et dans le domaine militaire.

"Le partenariat belgo-congolais peut se développer sur plusieurs secteurs. Il y a un partenariat qui peut se développer au niveau militaire, économique, policier, renseignements, justice et principalement en termes de formation. On a un savoir-faire en Belgique, si le Congo nous demande, nous serons ravis de pouvoir partager", avait indiqué la première ministre belge.

Rappelons par ailleurs qu’au cours d’une réunion gouvernementale belge qui a réuni les principaux membres du gouvernement fédéral, dont Charles Michel, alors premier minitre et Didier Reynders en septembre 2019, un mémorandum d’entente avait été signé entre la Belgique et la RDC.

Il avait prévu " la tenue régulière de consultations politiques bilatérales, la réouverture du consulat belge à Lubumbashi et du consulat congolais à Anvers, un appui à l’Ecole nationale de l’administration (ENA) à Kinshasa ainsi que la formation de diplomates congolais".

A cela, il faut ajouter " la reprise progressive de la coopération au développement, en commençant par la définition d’un programme transitoire et la relance d’une coopération en matière de finances, une reprise de la coopération au niveau des Banques centrales avait également été examinée".