Retraite de l’UDPS au Centre Nganda : ce qu’ils ont dit…




Retraite de l’UDPS au Centre Nganda : ce qu’ils ont dit…








Jean-Marc Kabund a Kabund, Président intérimaire de l’UDPS


« Notre vision s’oppose à celle d’une république confisquée par un individu ou un groupe d’individus[…]. L’exercice du pouvoir en toute responsabilité et au service du peuple n’est ni facile, ni aisé. Et sa conservation l’est encore moins si aucun effort d’évaluation n’est fourni objectivement et sans complaisance. Nous allons non seulement évaluer notre parcours dans les institutions jusqu’à ce jour, je veux notre vigilance en ce qui concerne le fonctionnement de toutes les institutions et nous projeter dans l’avenir (…).

Ainsi, notre vision, laquelle a aussi été celle de nos pères fondateurs prône une société démocratique apaisée à travers un Etat de droit stable, sûr et prospère. Notre vision s’oppose donc à celle d’une république confisquée par un individu ou un groupe d’individus au détriment de la majorité de la population ».

«En conséquence, lors de nos discussions, il nous faudrait identifier correctement les défis liés à cet exercice du pouvoir ; relever toutes les contraintes rencontrés ou observées ; partager toutes les expériences vécues à ce jour ; envisager et anticiper les probables comportements que pourraient afficher à l’avenir nos partenaires ; analyser le pourquoi de leur attitude actuelle ; préconiser des solutions à appliquer dans chaque domaine de la vie afin de contourner d’éventuels obstacles ; et proposer des stratégies et des plans tactiques pouvant permettre de trouver des solutions à court, moyen et long terme. ».

« Au sortir de cette retraite, plus rien ne sera comme avant ».

Paul Tshilumbu, porte-parole et cadre de l’UDPS

« C’est d’abord une remise en question. Nous voulons évaluer objectivement notre première année au pouvoir. Nous voulons en toute objectivité essayer d’élaborer un bilan pour savoir ce qui a marché, ce qui n’a pas marché et pourquoi cela n’a pas marché. Et qu’est-ce qu’il faut faire pour que ça puisse marcher. C’est dans ce sens que nous nous sommes réunis ici. C’est non seulement pour établir un bilan, mais faire des projections et des propositions pour l’avenir (…) Il n’y a pas des sujets tabous. Nous allons parler de notre alliance non seulement avec le FCC, mais aussi avec l’UNC. Nous sommes des partenaires, un moment il faut s’arrêter pour savoir qu’est-ce qui va et qu’est-ce qui ne va pas. Est-ce qu’il faut continuer ou il faut arrêter. L’évaluation est une bonne chose et nous la prenons dans un sens positif ».

Laurent Batumona, Président du Regroupement des Alliés de l’UDPS

« L’UDPS est en coalition avec le FCC, c’est une question à laquelle tous les leaders et acteurs de toutes les commissions doivent réfléchir pour évaluer ce mariage et voir comment se comporte-t-il ».

« UDPS a longtemps combattu pour le pouvoir et l’a conquis d’une manière démocratique. Il est normal qu’une année après que l’UDPS puisse s’assoir pour évaluer de quelle manière la bonne gouvernance a été appliquée, quelles sont les stratégies qu’il faut désormais mettre en œuvre dans les domaines où il n’y a pas eu grande visibilité».