Marche de Lamuka contre le « Projet de balkanisation de la RDC » : la police disperse les manifestants en usant des gaz lacrymogènes




Marche de Lamuka contre le « Projet de balkanisation de la RDC » : la police disperse les manifestants en usant des gaz lacrymogènes








Après un début de marche pacifique, les éléments de la Police Nationale Congolaise (PNC) ont dispersé les manifestants à l’aide des Gaz lacrymogènes.

Les manifestants ont tenté de résister, cependant la police a imposé la force. Pour un manifestant qui s’est confié tout essoufflé " Tshisekedi et Kabila veulent nous tuer. Nous avons débuté pacifiquement notre marche, mais la police inféodée par les étrangers, a occasionné la violence", a-t-il dénoncé.

Et d’ajouter : " peu importe la complicité du régime en place, notre pays ne sera jamais balkanisé".

Quelques militants de Lamuka ont été interpellés par la police lors de cette marche pour dénoncer le projet de la balkanisation et les tueries incessantes à Beni.

Tout a dégénéré au niveau de BKTF. Des téméraires ont continué à marcher malgré les gaz lacrymogènes. Ils ont été tout simplement arrêtés par la police.

L’opération a été musclée, dénonce un cadre de Lamuka qui exige la libération sans condition de tous les manifestants.

Les éléments de la Police sont entrés dans des maisons situées près de l’arrêt Bekatef (PASCAL).

On note également des interpellations opérées au sein d’une Eglise au quartier 12 où certains manifestants s’étaient réfugiés.

La marche a été interdite par le gouverneur de Kinshasa mais les organisateurs dénoncent un ordre illégal qui viole la constitution de la République.

Partis de la Paroisse Sainte Famille à Ndjili, les organisateurs ont tenté de foncer directement jusqu’à la place Echangeur à Limete où une gerbe de fleurs devrait être déposée aux pieds du héros national et père de l’indépendance, Patrice Emery Lumumba.