La dissolution de l’Assemblée nationale n’intervient qu’en cas d’un conflit persistant avec le gouvernement (Lokondo)




La dissolution de l’Assemblée nationale n’intervient qu’en cas d’un conflit persistant avec le gouvernement (Lokondo)








Le député national Henri Thomas Lokondo


Au cours d'un point de presse tenu lundi 20 janvier à Kinshasa, le député national Henri Thomas Lokondo, élu de la ville Mbandaka a réagi à la déclaration du chef de l'État devant la diaspora congolaise. Felix Tshisekedi avait évoqué la possibilité dissoudre l'Assemblée nationale en cas de crise persistante entre lui et cette institution.

Pour Henri-Thomas Lokondo, la dissolution de l’Assemblée nationale ne peut intervenir qu’en cas d’un conflit entre le gouvernement et la Chambre basse du Parlement.

« Cette matière est réglée par l’article 148, qui stipule qu’en cas de crise persistante entre le Gouvernement et l’Assemblée nationale, le Président de la République peut, après consultation du Premier ministre et des Présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat, prononcer la dissolution de l’Assemblée nationale. Le texte ne parle pas du conflit entre le gouvernement et le Chef de l’Etat, encore moins entre l’Assemblée nationale et le chef de l’Etat », précise Henri-Thomas lokondo.

Il ajoute que la dissolution de l’Assemblée nationale passe par la confirmation par le Premier ministre et des présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat de cette crise persistante.