Moïse Katumbi, naturel candidat porte-parole de l’Opposition (AR)




Moïse Katumbi, naturel candidat porte-parole de l’Opposition (AR)








La plateforme Alternance pour la République (AR) a choisi Moïse Katumbi Tchapwe comme « candidat naturel » porte-parole de l’opposition. Elle a par ailleurs invité tous les députés membres du regroupement « Ensemble pour le changement » à la responsabilité. Dans une déclaration à la presse samedi 19 octobre à Kinshasa, la conférence des présidents de la Plateforme AR estime que fort de son assise de l’Opposition, Moïse Katumbi « est de droit éligible à ce poste. »

Pour le secrétaire général de l’AR, Emery Patrice Olongha, avec trois regroupements politiques au sein de l’Assemblé nationale, l’Ensemble pour le Changement est largement majoritaire au sein de l’opposition Parlementaire : « En tant que président d’Ensemble pour le changement, ayant en son sein 3 groupes parlementaires, il n’est que normal et logique que Moïse Katumbi soit le candidat naturel au poste » du porte-parole de l’Opposition, estime la Conférence des présidents de l’Alternance pour la République (AR).

À l’issue d’une réunion, ce regroupement politique, dirigé par Delly Sessanga, « demande aux députés et sénateurs, membres d’Ensemble pour le changement, de saisir conjointement le bureau de l’Assemblée nationale et celui du Sénat en vue de la désignation du porte-parole de l’Opposition ».

AR « appelle à la prise de conscience de tous les parlementaires membres d’Ensemble de se comporter en conséquence ».

Soutien des pro Fayulu



« Je me suis assigné opposant. Nécessairement, nous devons avoir un porte-parole de l’Opposition. Nous avons passé 2 mandats sans porte-parole de l’Opposition. Nous avons besoin d’une Opposition organisée et structurée, capable de conquérir le pouvoir et le conserver », insiste le député national Daniel Nsafu.

Pour qui, « la logique rationnelle oblige. Nous avons l’obligation de respecter la Constitution ».

Ce proche de Martin Fayulu, candidat Président de la République aux dernières élections et qui continue à revendiquer sa victoire, reste convaincu que « le peuple avait élu Fayulu mais aujourd’hui, nous avons besoin que le pays avance ».

Concrètement, dit-il, « Martin Fayulu continue son combat pour la vérité des urnes, nous, nous continuons notre combat au sein des institutions ».

Farouchement opposé à Félix Tshisekedi juste après sa victoire à la présidentielle de 2018, Daniel Nsafu se ravise.

« Félix est Président de la République. Tout ce que nous devons faire aujourd’hui, c’est contrôler son programme. C’est cette Opposition républicaine. Si aujourd’hui Félix arrive à résoudre les problèmes liés au social du peuple congolais, nous allons applaudir ».