Suspension du Sénat : « Taisez-vous ! Vous avez assez fait du mal à ce peuple », Kyungu wa Kumwanza au PPRD/FCC




Suspension du Sénat : « Taisez-vous ! Vous avez assez fait du mal à ce peuple », Kyungu wa Kumwanza au PPRD/FCC







Gabriel Kyungu wa Kumwanza est resté égal à lui-même depuis l’annonce de son soutien au nouveau président élu Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo.

Dans un meeting tenu à Lubumbashi le mercredi 20 mars, ce cadre de « Ensemble pour le Changement » de Moïse Katumbi et président de l’Union des Nationalistes Fédéralistes du Congo (UNAFEC) a mis au défi les cadres du Front Commun pour le Congo (FCC) et le Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD), de l’ancien président Joseph Kabila, qui ont demandé à leurs sénateurs de rejoindre le sénat.


« Ouvrez le sénat si vous êtes des hommes! D’ailleurs est-ce que ce n’est pas un outrage que quelqu’un dise qu’il va ouvrir le sénat alors que le chef a dit de le suspendre ? » S’est-il interrogé devant ses partisans.

Pour Gabriel Kyunzu, la pression actuelle ne se justifie pas contre Félix Tshisekedi alors que le régime Kabila n’a pas été modèle.

« Ils disent que c’est anticonstitutionnel de nommer les commissaires spéciaux, de suspendre les élections des Gouverneurs. Combien d’années avons-nous attendu les élections ? Ce n’était pas anticonstitutionnel à ce moment-là ? Taisez-vous, vous avez assez fait du mal à ce peuple. Ayez au moins ce scrupule de vous taire pour sauver votre vie », tranche le président de l’UNAFEC, promettant d’attendre ces sénatoriales « même après 5 ans ».

Celui-ci qui a annoncé la tournée dans toutes les provinces de l’ancien Katanga demande aux jeunes d’appuyer le pouvoir de Félix Tshisekedi et « de ne pas accepter qu’il soit affaibli ».

Pour rappel, au cours d’une réunion interinstitutionnelle tenue le lundi 18 mars 2019 à Kinshasa, il a été décidé de la suspension de l’installation du Sénat, du report des élections des gouverneurs et vice-gouverneurs, initialement prévues en date du 27 mars 2019, et le début des enquêtes judiciaires pour dénicher les corrupteurs et les corrompus lors des élections du 15 mars dernier.

Une situation qui divise profondément la classe politique congolaise. Si certains évoquent des mesures anticonstitutionnelles, d’autres soutiennent des décisions « courageuses » visant à combattre la corruption en RDC.


Le Front Commun pour le Congo (FCC) et le Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie le PPRD de l’ancien président Joseph Kabila et majoritaire au sénat avait dénoncé ces mesures, qui selon eux, ne vont pas dans le sens du respect des institutions de la République. Le PPRD avait d’ailleurs appelé ses sénateurs à rejoindre le Sénat à la date prévue. Des organisations de la Société Civile sur l’ensemble du territoire saluent ces mesures et appellent le nouveau pouvoir à faire la différence.