Le (re)mariage d’Arthur Pinzi, un mariage à la « mundele ndombe ».


Le (re)mariage d’Arthur Pinzi, un mariage à la « mundele ndombe ».



En 1958, les kinois vivaient déjà les dernières heures de la colonisation, caractérisée par une agitation politique sans précédent, malgré la publication du plan de 30 ans initié par  le professeur Van Bilsen. Cette agitation politique était particulièrement  animée par  les  futurs dirigeants congolais, les  fameux « évolués » surnommés « Mindele ndombe », les blancs à la peau noire.
Un de ces « mindele ndombe », le Bourgmestre de Kalamu et futur ministre durant la 1ère République, Arthur Pinzi avait bien justifié ce surnom en se remariant en août 1958 , comme l’atteste la coupure du journal Horizon ci-dessous.
Mais, Arthur ne fut guère l’unique « mundele ndombe » à se remarier. C’était presque la tendance à l’époque que les remplaçants des colons épousent en secondes noces des femmes plus jeunes et plus instruites, en répudiant leurs 1ères femmes.
L’Histoire de la RDC nous apprend que le phénomène du remariage a été observé auprès de trois types d’individus.