Chronique des décès de cadres de l'ONU et de diplomates au Congo-Zaïre





L'enterrement de Dag Hammarskjöld en Suéde le 29 septembre 1961.


Le 28 mars 2017, nous avons appris la décourte des corps de deux experts de l'ONU disparus au Kasaï en RDC le 12 mars 2017, en l'occurrence l'Américain Michael Sharp, et la Suédoise Zaïda Catalan.
Pour ceux qui semblent s’en émouvoir outre mesure et qui pensent que ces décès pourraient inquiéter le pouvoir de Kabila, nous voudrions souligner que ce n’est pas le premier décès des agents de l’ONU et des diplomates en RDC.
Ceux qui consultent Mbokamosika ont certainement lu l’article ci-haut référencié, sur le décès en 1961 du Secrétaire général de l’ONU Dag Hammarskjöld et ses 14 collaborateurs dans un accident d’avion, lors d’une mission au Congo.
Le 6 août 1985 sous Mobutu, le célèbre reporter et animateur français Philippe de Dieuleveut disparaissait aux environs d’Inga.
Jeudi 28 janvier 1993 en pleine période des contestations et des pillages au Zaïre de Mobutu, l’ambassadeur de France , Philippe Bernard , est tué par une balle perdue ou téléguidée dans son bureau à Kinshasa.  (ci-dessous un article du journal Le soir à ce sujet)
Comme nous l’avons toujours répété, pour comprendre le présent et appréhender l’avenir de la RDC, il faut connaître le passé. À l’origine, la RDC a été considérée comme un vaste espace d’enrichissement  des occidentaux, et une mine à ciel ouvert. Seuls des vrais nationistes, prêts à se sacrifier pourront effectivement libérer le pays et mettre fin à cette donne.